Recent posts:

Twitter : où s’arrêteront les ambitions d’Elon Musk ?


Dix jours après la proposition de rachat rédigée en 280 caractères pour près de 44 milliards de dollars, le conseil d’administration de Twitter a finalement accepté l’offre du milliardaire américain Elon Musk ce lundi 25 avril 2022. Le deal - qui prévoit de retirer Twitter de la bourse - inquiète et interroge quant au futur de la plateforme.


Elon musk et Twitter : une histoire d’amour


Elon Musk est certainement la célébrité la plus cotée du réseau social. S’il n’est “que” la huitième personnalité la plus suivie de la plateforme, c’est certainement le compte Twitter qui suscite le plus d’engouement et d’intérêt. Avec plus de 88 millions d’abonnés et parfois 30 tweets par jour, c’est un amour passionnel qui lie le milliardaire américain et le réseau social. À travers ses tweets humoristiques et/ou incompréhensibles, Elon Musk dispose d’une influence considérable capable de faire grimper le cours de certaines actions et crypto-monnaies à des sommets en l’espace d’une journée.

En résumé, nous ne sommes qu’au début de l’histoire, et celle-ci s’annonce longue.



Que compte-t-il faire de Twitter?


Dans l’état actuel des choses, le fonctionnement de Twitter ne convient pas à Elon Musk. Selon lui, le réseau social ne respecte pas les fondements de la liberté d’expression et n’aurait pas dû censurer, par exemple, le compte de Donald Trump.

Dans ce cadre, Elon Musk veut pousser la liberté d’expression à son paroxysme et empêcher tout bannissement de la plateforme. Pour beaucoup de commentateurs et d'observateurs libéraux (autrement dit à gauche de l’échiquier politique américain), ce souhait risque de virer au cauchemar. Pour ces derniers, cet absolutisme va mettre un terme à tous les efforts entrepris depuis des années par Twitter pour réguler les contenus haineux et les fake news. Elizabeth Warren, sénatrice démocrate qui avait déjà été la cible d’un tweet quelque peu provocateur du milliardaire (la qualifiant de “mère sévère qui crie après ses enfants sans raison”), a même désigné ce rachat comme “dangereux pour notre démocratie”. Malgré ses ambitions, Elon Musk risque de ne pas parvenir à ses fins - du moins en Europe - à cause du récent Digital Services Act de l’UE qui demande aux géants de la tech de retirer tout contenu illégal ou entraînant à la désinformation sous peine de se voir infliger une amende pouvant aller jusqu’à 6% du chiffre d’affaires global de la plateforme.

Si cette offre publique d’achat (OPA) hostile fait le malheur des uns, elle fait le bonheur des autres et notamment des personnalités et élus conservateurs dont les tweets ont pu être effacés par les équipes de modération ou qui ont même été bannis de la plateforme. Le commentateur star de la chaîne conservatrice Fox News Tucker Carlson a même affirmé qu’Elon Musk est ”probablement notre dernier espoir”. Un retour de Donald Trump sur la plateforme pourrait être envisageable.

D’autre part, le milliardaire américain souhaite améliorer Twitter grâce à de nouvelles fonctionnalités. Il veut notamment donner aux utilisateurs la possibilité d’apporter des modifications à un tweet déjà publié, une avancée que plus de 70% des utilisateurs soutiennent selon un sondage début avril. D’autre part, Elon Musk espère pouvoir rendre l’algorithme de Twitter open source, c’est-à-dire le rendre public pour renforcer la confiance des utilisateurs dans la plateforme qui a l’habitude de mettre en avant des contenus ciblés et/ou indésirables.

Dernièrement, l’entrepreneur envisage de remodeler le modèle économique de Twitter - qui dépend actuellement de la publicité pour plus de 90 % de ses revenus - en élargissant l’offre payante. Affaire à suivre…



Quelles conséquences ?


Outre le risque planant sur les démocraties et la véracité des informations circulant sur Twitter, le rachat de la plateforme pourrait avoir un impact considérable sur les marchés financiers puisqu'elle est scrutée par des algorithmes de trading haute fréquence. Un simple tweet peut par conséquent faire varier les cours d’actions ou de crypto-monnaies.


Mais le rachat de Twitter paraît particulièrement hâtif: selon le FT, les banquiers d’Elon Musk ont sauté l’étape de due diligence pour gagner du temps et réunir un premier package de $25,5 milliards en seulement quelques jours, contre plusieurs semaines pour un deal plus classique.

Les actionnaires de Tesla peuvent aussi s’inquiéter: l'action a enregistré sa plus forte perte quotidienne depuis septembre 2020 cette semaine, faisant perdre 126 milliards de dollars à la valorisation de l'entreprise. Pour réunir la quarantaine de milliards de dollars requise pour acquérir Twitter, Musk a commencé par vendre 4,5 millions d’actions Tesla (représentant plus de $4 milliards), malgré la facture fiscale très importante générée par ces ventes. L’entrepreneur a également assuré qu’il allait mettre en gage une partie des actions de Tesla qu'il détient comme garantie en échange d'un prêt de $12,5 milliards, ce qui inquiète les autres actionnaires car un appel de marge pourrait entraîner une importante liquidation.

130 vues