Recent posts:

The latest crypto-currencies are state owned and they are booming...(EN/FR)

----------------------- ENGLISH VERSION ----------------------

(French Version Below)


Since the creation of Bitcoin in 2009, crypto-currencies have gained so much notoriety that Central Banks around the world are launching or have already developed their own crypto-currencies: Central Bank Digital Currencies (called CBDCs). At a time when the US Federal Reserve is urging the American states to develop digital currencies in order to maintain the dominance of the US dollar; could we, one day, consider the possibility of a "crypto-euro zone"?



What are CBDCs and why are we interested in them?


Central Bank Digital Currencies are classic crypto-currencies with one difference, they are subject to regulation by Central Banks. Where the prices of some crypto-currencies fluctuate freely according to supply and demand (read our article dedicated to Bitcoin), the price of a CBDCs would be stabilised by the Central Bank that issues it, so as to mitigate the fluctuations that these crypto-currencies can experience.


CBDCs could be of 2 types: retail or wholesale. Retail CBDCs would be for use by individuals while wholesale CBDCs would be reserved for financial institutions such as banks. Regardless of the type of CBDCs developed, one thing remains certain: all countries in the world are seriously considering this option.


Indeed, Sweden, China, the United States and even the European Union - previously reluctant to the idea of a "crypto-euro" - are launching experiments to study the potential of these CBDCs.


There are many reasons for this interest, the first of which is undoubtedly linked to the explosion of crypto-currency markets. Indeed, between 2017 and 2018, the number of crypto-currency users jumped by +94% and it is now nearly 7% of French people who hold crypto-assets. The consequence of this boom in crypto-currencies was simple, private players such as Facebook with Libra (now Diem) entered this race and it is an entire monetary organisation that was threatened. Mark Zuckerberg then confirmed these fears of a threat to monetary sovereignty and user privacy, saying about Libra (Facebook's crypto-currency project) : "Because we're a successful company that's big enough, we're now able to build unprecedented systems... more sophisticated than what many governments have. The global central banks then realised that crypto-currencies were going to grow with or without them, so they chose to develop them by taking a leading role in order to regulate them. The experiments undertaken by the ECB and the central banks of the euro zone are in this sense a clear and direct response to the initiative led by the Diem association (ex-Libra) unanimously condemned by European politicians.


Another reason explaining why Central Banks are attracted to crypto-currencies is the potential of these tools. Crypto-currencies have many advantages, some of which are based on the blockchain technology that allows, among other things, fully anonymous transactions with a high degree of security and reliability. However, traditional crypto-currencies also have major flaws, the most obvious being their high level of instability. Some crypto-assets have been created to compensate for this lack of stability, the Stablecoins (read our article dedicated to Stablecoins).

CBDCs could also be created on the principle of Stablecoins, which have certain advantages over traditional crypto-assets.



Have the world's central banks already set up their CBDCs?


Although quite shy, CBDC initiatives are flourishing around the world. However, the Bank for International Settlements (BIS), in its third annual study on the subject, reported in January 2021 that more than 86% of central banks were involved in projects involving CBDCs (see below).



China has chosen to ban all stablecoins backed by the Renminbi, thus paving the way for the deployment of its own CBDCs, the Digital Yuan (e-CNY). At the end of 2020, the People's Bank of China proposed an amendment stating that "the Renminbi has both a physical and a digital form". The Chinese government's aim is to make its digital currency available to tourists and international athletes attending the 2022 Winter Olympics in Beijing.


However, unlike countries such as Sweden and the Bahamas, which have developed their own digital currencies, the e-Krona and the digital Sand dollar respectively, some observers believe that Beijing could use its digital currency to compete with the dollar at an international level.


This last fear has prompted the United States to intensify their research on a digital dollar currently being conducted jointly by MIT and the Boston branch of the FED. The Digital Dollar Project and Accenture, announced on 3 May 2021 the launch of 5 pilot programmes on the creation of a American CBDC.



What impact on the daily economic life of citizens?


This proliferation of CBDC projects will lead to a number of changes for the people who will have access to this new form of currency.


The main change is that all transactions carried out via these CBDCs can be monitored by the public authorities. The issue of dematerialisation of currencies thus goes hand in hand with those of respect for confidentiality and privacy, which were only rarely raised with fiduciary currencies and which must therefore be the topic of a debate in order to guarantee them. This possibility of tracing all financial flows thus concentrates the criticisms of the defenders of crypto-assets who see in the CBDCs a desire on the part of the States to take over a part of the economy that has escaped it until now. This remains all the more noticeable when it is a State where the surveillance of citizens is common knowledge.


From a more operational point of view, the CBDCs will make transactions more fluid, safer (because they are guaranteed by the Central Banks, unlike crypto-currencies where some transactions are unsuccessful) and less costly (very high transaction fees compared to traditional currencies) than traditional transactions because of the control of the State over their operation and the minimisation of user fees. Moreover, as the pandemic has greatly accelerated the digitisation of means of payment, the CBDCs will play an even greater role in perpetuating this movement.


Finally, one of the major advantages for users would be the possibility of using their money without necessarily going through a private banking institution, since the digital currency would be available directly from the Central Banks. CBDCs could thus prove to be a real tool for financial inclusion which, once deployed at a large scale and in conjunction with mobile payment tools, could enable populations without bank accounts to receive and exchange money.




----------------------- FRENCH VERSION ----------------------


Depuis la création du Bitcoin en 2009, les cryptomonnaies n’ont cessé de gagner en notoriété, si bien que les Banques Centrales du monde entier lancent ou ont déjà mis au point leurs propres cryptomonnaies: les Monnaies Numériques de Banque Centrale (appelées MNBC). À l’heure où la réserve fédérale américaine enjoint les États américains à développer les devises numériques afin de maintenir la prédominance du dollar américain; pourrions-nous, un jour, envisager la possibilité d’une “zone crypto-euro” ?



Que sont les MNBC et pourquoi s’y intéresse-t-on ?


Les monnaies numériques de Banque centrale sont des crypto-monnaies classiques à une différence près, ces dernières sont soumises à la régulation des Banques centrales. Là où les cours de certaines cryptomonnaies fluctuent librement en fonction de l’offre et la demande (lire l’article dédié au Bitcoin), le cours d’une MNBC serait stabilisé par la Banque centrale qui l’émet de façon à atténuer les fluctuations que ces cryptoactifs peuvent connaître.


Les MNBC pourraient être de 2 types: de détail ou de gros. Les MNBC de détail seraient destinées à l’usage par les particuliers tandis que celles de gros seraient réservées aux établissements financiers comme les banques. Quel que soit le type de MNBC développé, une chose reste sûre: tous les pays du monde étudient sérieusement la question.


En effet, la Suède, la Chine, les États-Unis et même l’Union européenne jusque-là réticente à l’idée d’un “crypto-euro”, se lancent dans des expérimentations afin d’étudier le potentiel de ces MNBC.


Les raisons à cet intérêt sont multiples, la première est sans doute liée à l’explosion des marchés des crypto-monnaies. En effet, entre 2017 et 2018, le nombre d’utilisateurs de crypto-monnaies a bondi de +94% et c’est aujourd’hui près de 7% des Français qui détiennent des crypto-actifs. La conséquence de cet essor des crypto-monnaies a été simple, des acteurs privés comme Facebook avec le Libra (Diem désormais) se sont lancés dans cette course et c’est toute une organisation monétaire qui s’est vue menacée. Mark Zuckerberg a alors confirmé ces craintes d’une menace de la souveraineté monétaire et de la confidentialité des utilisateurs, en déclarant au sujet du Libra, le projet de crypto-monnaie de Facebook: « Parce que nous sommes une entreprise qui a réussi et qui est suffisamment grande, nous sommes désormais capables de construire des systèmes sans précédent… plus sophistiqués que ce dont beaucoup de gouvernements disposent ». Les Banques centrales du monde se sont alors rendues compte que les crypto-monnaies allaient se développer avec ou sans elles, c’est pourquoi elles ont choisi de les développer en jouant un rôle moteur afin de pouvoir les réguler. Les expérimentations engagées par la BCE et les banques centrales de la zone euro constituent en ce sens une réponse ferme et directe à l’initiative menée par l’association Diem (ex-Libra) unanimement condamnée par les responsables politiques européens.


Une autre raison qui permet d’expliquer l’attrait des Banques centrales pour les crypto-monnaies réside en le potentiel de ces outils. Les crypto-monnaies présentent de nombreux avantages, certaines fonctionnent avec la technologie “blockchain” qui permet entre autres des transactions entièrement anonymes avec un important degré de sécurité et de fiabilité. Cependant, les crypto-monnaies classiques présentent également des défauts majeurs, le plus évident étant leur haut niveau d’instabilité. Certains crypto-actifs ont été créés pour pallier ce manque de stabilité, les Stablecoins (lire article dédié aux Stablecoins).

Les MNBC pourraient d’ailleurs être créées sur le principe des Stablecoins qui présentent certains avantages par rapport aux crypto-actifs classiques.



Les Banques centrales du monde ont-elles déjà mis en place leurs MNBC ?


Bien qu’encore discrètes, les initiatives sur les MNBC font florès dans le monde. La banque des règlements internationaux (BRI), dans sa troisième étude annuelle sur le sujet, faisait ainsi état en janvier 2021 d’un engagement de plus de 86% des banques centrales dans des projets impliquant des MNBC (cf. infra).



La Chine a choisi de bannir l’ensemble des stablecoins adossés au Renminbi ouvrant ainsi la voie au déploiement de sa propre MNBC, le Yuan numérique (e-CNY). La Banque populaire de Chine a ainsi proposé fin 2020 un amendement disposant que désormais “le Renminbi a à la fois une forme physique et une forme numérique”. Cette inscription dans la loi du caractère numérique de la monnaie chinoise s’est couplée de son déploiement dans plusieurs villes chinoises (Pékin, Shanghai, Shenzhen, etc.) à titre expérimental avec en ligne de mire, pour le gouvernement chinois, les jeux olympiques d’hiver de Pékin (2022) où il espère pouvoir mettre sa monnaie numérique à la disposition des touristes et des athlètes internationaux qui y seront présents.


La Chine avec le Yuan numérique fait ainsi partie des pays les plus avancés sur cette question cependant, à l’inverse de pays comme la Suède ou des Bahamas qui ont développé leurs propres devises numériques respectivement le e-Krona et le Sand dollar numérique, certains observateurs estiment que Pékin pourrait se servir de sa devise numérique pour concurrencer le dollar au niveau international.


Cette dernière crainte a ainsi poussé les États-Unis à intensifier ses recherches sur un dollar numérique actuellement menées conjointement par le MIT et l’implantation à Boston de la Fed et poussée d’autres acteurs privés, le Digital Dollar Projet et Accenture, à annoncer le 3 mai dernier le lancement de 5 programmes pilotes sur la création d’une MNBC états-unienne.




Quel impact sur la vie économique quotidienne des citoyens ?


Ce foisonnement de projets sur les MNBC entraînera ainsi un certain nombre de changements pour les populations qui auront accès à cette nouvelle forme de devise.


Le principal changement étant que l’ensemble des transactions effectuées via ces MNBC pourront être suivies par les pouvoirs publics. La question de la dématérialisation des devises va ainsi de pair avec celles du respect de la confidentialité et de la vie privée qui ne posaient que plus rarement avec des devises fiduciaires et qui doivent donc faire l’objet d’un débat afin de les garantir. Cette possibilité de traçage de l’ensemble des flux financiers concentre ainsi les critiques des défenseurs des crypto-actifs qui voient dans les MNBC une volonté de l’État de reprendre un pan de l’économie qui lui échappait jusque-là, a fortiori quand ce sont des États où la surveillance des citoyens est importante.


D’un point de vue plus opérationnel, les MNBC fluidifieront les transactions, les rendront plus sûres (car garanties par la BCE, différence avec les crypto monnaies ou certaines n’aboutissent ) et moins coûteuses ( pma, frais transaction très élevés par rapport monnaie classique) que les transactions classiques du fait de la mainmise des États sur leur fonctionnement et de la minimisation des frais d’utilisation. De plus, la pandémie ayant grandement accéléré la numérisation des moyens de paiement, les MNBC participeront d’autant à la pérennisation de ce mouvement.


Enfin, l’un des avantages majeurs pour les utilisateurs serait la possibilité d’utiliser leur argent sans nécessairement passer par l’intermédiaire d’un établissement bancaire privé, puisque la monnaie numérique serait directement disponible auprès des banques centrales. La MNBC pourrait ainsi se révéler être un véritable outil d’inclusion financière qui, une fois déployé à grande échelle et en lien avec les outils de paiement mobiles, pourrait dans un certain nombre de pays permettre à des populations ne disposant pas de comptes en banque de recevoir et d’échanger de la monnaie.



75 vues