Recent posts:

Superprofits: To tax or not to tax? (EN/FR)

--------(French version below)---------


Superprofits: To tax or not to tax?


Crises tend to polarize the business world: some industries suffer (sometimes until bankruptcy) while other sectors strongly benefit from unusual situations to the point that they extremely overperform compared to their usual results, without changing anything in their strategy.

You have certainly heard about “superprofits” these past weeks, as they have given rhythm to the business news. In particular, their taxation is shaking the big energy corporations and shipping companies: auditions of CEOs of Engie, TotalEnergies, CGA-CGM and debates have been running at the French Assembly for a month.

But why taxing superprofits creates such debates?

This article is aimed at giving insights on the debate and difficulties regarding the taxation of superprofits following the war in Ukraine.


I- Geopolitical tensions contributing to profitability

War in Ukraine has triggered huge geopolitical tensions, especially concerning energy and shipping. Russia being one of the biggest producers and exporters of natural gas worldwide and in particular providing gas to western Europe countries, Putin leverages this power to put pressure on Ukraine allies and counterbalances strengths.

There is no need to have Buffet’s finance knowledge to understand that scarcity goes along with inflation and rising prices. Consequence: certain industries have made unusual performances and in particular big European energy providers as electricity prices are indexed on gas prices.

The French companies TotalEnergies and Engie have more than doubled their net profits in S2 2022 compared to S2 2021, with $5.6B and $5B respectively. At the European level, same conclusion: Shell (UK/Netherlands) has broken its financial record done in 2008 as the company has tripled its net profits in S1 2022 amounting to $9.13B. BP’s (UK) net profits have also tripled in the same period. Net profits of Enel (Italy) have gained 21% compared to S1 2021.

The phenomenon is not constrained to the energy sector: the French shipping company CGA-CGM has made a net profit of $7.6B in S1 2022 almost equivalent to the full year of 2021 and thus beating TotalEnergies’ performance.

This situation is entirely independent of new strategic or operational plans from these companies, it is only due to the geopolitical context favoring energy and shipping revenues.


In a nutshell, external factors are increasing profits of companies in a certain industry independently of internal strategic choices they have made.


II- Superprofits, how are they defined?

Superprofits are not new to Ukrainian war, such overperformance has already happened several times in history: during the energy crisis in the 1970s or remember the aforementioned net profits old record of Shell which occured in 2008…

The concept was first introduced by Karl Marx in “Das Kapital” in the 19th century. But since WWI, it has been related to the “war profiteers”, in particular in the armaments sector.

More broadly, it refers to exceptional profits in a business sector due to unusual external factors, without any fundamental changes in strategy or operations.


Most politicians agree on the necessity to tax these profits, as a way to fairly redistribute to consumers this extra money companies have made without spending any additional effort, therefore giving back power purchase. Others consider that the negative effects of such a tax would outweigh the revenues, as businesses would have no reason to continue their investment efforts and consumers would be left.

However, the main issue about taxing these exceptional profits remains the following: what method should we use to tax them?


III- The two international taxation regimes

As the energy producers concerned by the super profits are making business worldwide, the two main international tax systems need to be introduced to understand the complexity of choice of methods to tax these profits.

These regimes all respect the non double taxation principle, stated in international fiscal conventions signed by several countries (including France). This principle ensures that profits made by international companies are not taxed twice.

The first type of regime is based on territoriality: profits made in a country are taxed in this country.

The second type adopts a more global vision: taxation is done in the home-country of the company for all profits made in the subsidiaries.

IV- Numerous difficulties to tax super profits

Being aware that these different tax schemes exist, the complexity for European politicians is to impose common taxes in their respective countries. The exact definition of superprofits being unclear, they are also struggling to find an agreement on a similar tax computational method.

Another difficulty is fixing the profits threshold from which companies are being taxed, to avoid penalizing smaller businesses.

Finally, they are confronted with choosing which sector to tax. Such a choice can create tax inequalities between companies with close profiles but part of different industries.


V- What has been concluded?

No European consensus has been made to tax superprofits but most European countries agree on its necessity. As for previous crises, superprofits are still difficult to set up.

What has been decided so far in several countries is to impose a contribution (indexed on revenues) rather than pure tax (indexed on profits), for energy groups only.

Starting with Greece, Romania, then Italy is now taxing superprofits at 10% rate, and Spain even taxing them at 25% rate.

The UK, and lastly Germany have also gone in this direction. And despite most ministers being at first reluctant to tax super profits, Macron has finally decided to follow.


CGA-CGM is therefore saved for this time…


--------(French version)---------


Superprofits : Taxer ou ne pas taxer ?


Les crises ont tendance à polariser le monde des affaires : certaines industries souffrent (parfois jusqu'à la faillite) tandis que d'autres secteurs profitent fortement de situations exceptionnelles au point de réaliser des performances extrêmement supérieures à leurs résultats habituels, sans rien changer à leur stratégie.

Vous avez certainement entendu parler des "superprofits" ces dernières semaines, tant ils ont rythmé l'actualité économique. En particulier, leur taxation fait trembler les grands groupes énergétiques et les compagnies maritimes : des auditions des PDG d'Engie, TotalEnergies, CGA-CGM et de nombreuses discussions ont lieu à l'Assemblée française depuis un mois.

Mais pourquoi la taxation des superprofits crée-t-elle de tels débats ?

Cet article a pour but de donner un aperçu des difficultés concernant la taxation des superprofits suite à la guerre en Ukraine.


I- Des tensions géopolitiques qui contribuent à la rentabilité

La guerre en Ukraine a déclenché d'énormes tensions géopolitiques, notamment en matière d'énergie et de transport maritime. La Russie étant l'un des plus grands producteurs et exportateurs de gaz naturel au monde et fournissant notamment du gaz aux pays d'Europe occidentale, Poutine profite de cette puissance pour faire pression sur les alliés de l'Ukraine et contrebalancer les forces en présence.

Il n’est pas nécessaire d'avoir les connaissances financières de Buffet pour comprendre que la rareté va de pair avec l'inflation et la hausse des prix. Conséquence : certaines industries ont réalisé des performances inhabituelles et notamment les grands énergéticiens européens, les prix de l'électricité étant indexés sur ceux du gaz.

Les entreprises françaises TotalEnergies et Engie ont plus que doublé leurs bénéfices nets au S2 2022 par rapport au S2 2021, avec respectivement 5,6 et 5 milliards de dollars. Au niveau européen, même conclusion : Shell (Royaume-Uni/Pays-Bas) a battu son record financier de 2008 en triplant ses bénéfices nets au S1 2022 pour un montant de 9,13 milliards de dollars. Les bénéfices nets de BP (Royaume-Uni) ont également triplé au cours de la même période. Les bénéfices nets d'Enel (Italie) ont augmenté de 21 % par rapport au premier semestre 2021.

Le phénomène ne se limite pas au secteur de l'énergie : la compagnie maritime française CGA-CGM a réalisé un bénéfice net de 7,6 milliards de dollars au cours du premier semestre 2022, ce qui équivaut presque à l'entièreté des bénéfices de son année 2021 et permet même de dépasser les performances de TotalEnergies.

Cette situation est totalement indépendante de nouveaux plans stratégiques ou opérationnels de ces entreprises, elle est uniquement due au contexte géopolitique favorisant les revenus de l'énergie et du transport maritime.


En bref, des facteurs externes augmentent les profits d’entreprises d'un certain secteur indépendamment de choix stratégiques internes.


II- Les superprofits, comment sont-ils définis ?

Les superprofits ne sont pas une nouveauté, de telles surperformances se sont déjà produites plusieurs fois dans l'histoire : pendant la crise énergétique des années 1970 ou encore lors du précédent record de bénéfices nets de Shell en 2008...

Le concept a été introduit pour la première fois par Karl Marx dans "Das Kapital" au XIXe siècle. Mais depuis la Première Guerre mondiale, il est associé aux "profiteurs de guerre", en particulier dans le secteur de l'armement.

Plus largement, les superprofits désignent les profits exceptionnels réalisés dans un secteur d'activité en raison de facteurs externes inhabituels, sans changement fondamental de la stratégie ou des opérations.


La plupart des hommes politiques s'accordent sur la nécessité de taxer ces bénéfices, afin de redistribuer équitablement aux consommateurs cet argent que les entreprises ont gagné sans déployer d'effort supplémentaire, augmentant ainsi le pouvoir d'achat. D’autres considèrent que les effets pervers engendrés par une telle taxe seraient plus élevés que les recettes liées à celle-ci, les entreprises n’ayant plus de raison de continuer leurs efforts d’investissement et envers les consommateurs.

Cependant, la principale question concernant la taxation de ces profits exceptionnels reste la suivante : quelle méthode utiliser pour les taxer ?


III- Les deux régimes d'imposition internationaux

Comme les producteurs d'énergie concernés par les superprofits ont des activités dans le monde entier, nous présentons désormais les deux principaux régimes fiscaux internationaux afin de comprendre la complexité du choix des méthodes d'imposition de ces bénéfices.

Ces régimes respectent tous le principe de non double imposition, énoncé dans plusieurs conventions fiscales internationales signées par de nombreux pays (dont la France). Ce principe permet de s'assurer que les bénéfices réalisés par les entreprises internationales ne sont pas imposés deux fois.

Le premier type de régime est basé sur la territorialité : les bénéfices réalisés dans un pays sont imposés dans ce pays.

Le second type adopte une vision plus globale : l'imposition se fait dans le pays d'origine de la société pour tous les bénéfices réalisés dans les filiales.

IV- De nombreuses difficultés rencontrées pour taxer les superprofits

Sachant que ces différents régimes fiscaux existent, la complexité pour les politiciens européens est d'imposer des taxes communes dans leurs pays respectifs. La définition exacte des superprofits n'étant pas claire, ils peinent également à trouver un accord sur une méthode similaire de calcul de l'impôt.

Une autre difficulté consiste à fixer le seuil de bénéfices à partir duquel les entreprises sont imposées, afin d'éviter de pénaliser les entreprises modestes.

Enfin, ils sont confrontés au choix du secteur à taxer. Un tel choix peut créer des inégalités fiscales entre des entreprises proches mais appartenant à des secteurs différents.


V- Qu'est-ce qui a été conclu en Europe ?

Aucun consensus européen n’a été établi pour taxer les superprofits mais la plupart des pays européens s'accordent sur sa nécessité. Comme pour les crises précédentes, les superprofits restent difficiles à mettre en place.

Ce qui a été décidé jusqu'à présent dans plusieurs pays est d'imposer une contribution (indexée sur les revenus) plutôt qu'un impôt pur (indexé sur les bénéfices), pour les groupes énergétiques uniquement.

Suite aux réformes en Grèce et en Roumanie, c’est désormais l'Italie qui taxe les superprofits à un taux de 10%, et même l'Espagne qui les taxe à un taux de 25%.

Le Royaume-Uni et, enfin, l'Allemagne se sont également engagés dans cette voie.

Et malgré la réticence initiale de la plupart des ministres à taxer les superprofits, Macron a finalement décidé de prendre aussi le pas.


CGA-CGM est donc sauvé pour cette fois...



115 vues