Recent posts:

La finance verte, que vaut-elle vraiment ? (EN/FR)

-------English version below ---------


Que l’on soit financier ou non, si vous vous êtes rendus récemment dans une banque afin d’investir vos économies, vous avez peut-être entendu parler d’investissements écologiques ou encore de finance verte. Dans cet article, nous essaierons d’aborder quelques instruments qui constituent la finance verte.


Qu’est-ce que la finance verte ?


La finance verte regroupe l’ensemble des instruments financiers qui permettent le financement d’activités affichant un objectif explicite de préservation de l’environnement. Ces activités sont souvent liées à la lutte contre le réchauffement climatique ou la transition écologique. Ainsi, la finance verte a pour objectif d’encourager les entreprises à intégrer des problématiques écologiques à leurs différents projets afin de profiter de taux préférentiels et autres avantages. Parmi les instruments de la finance verte, on retrouve notamment les obligations vertes, les fonds verts, les critères ESG, le marché au carbone…


Les obligations vertes


Une obligation verte est un titre de dette, souvent émis par une entreprise ou une entité publique sur le marché afin de lui permettre de pouvoir financer des projets liés à la transition écologique. En principe, elles sont très similaires à des obligations classiques, la seule différence étant que les projets financés par ce type d’obligations doivent être fermement orientés vers la préservation de l’environnement. En septembre 2021, les obligations vertes représentent plus de 424 milliards de dollars soit une augmentation de plus de 100% par rapport à 2019. Malgré cette explosion des obligations vertes, l’engouement pour ce type d’obligations est à nuancer car elles restent très marginales par rapport aux obligations classiques. En Europe, la France est le principal émetteur d’obligations vertes avec plus de 35 milliards de d’euros suivi par l’Allemagne à 17.5 milliards d’euros. Toutefois, il faut noter que les obligations vertes connaissent des limites. En effet, certains projets financés par des obligations vertes ne sont pas conformes aux normes internationales et témoignent de la difficulté de contrôler les abus. A titre d’exemple, selon le Climate Bonds Initiative, seulement la moitié des obligations vertes chinoises sont en accord avec les standards internationaux.

Les critères ESG


Les critères ESG (Environmental, Social and Governance) sont un ensemble de normes que les activités d’une entreprise doivent respecter afin que des investisseurs socialement responsables utilisent pour différencier des investissements potentiels. Le critère environnemental considère l’impact de l’entreprise sur la nature. Le critère social examine comment l’entreprise gère ses relations avec ses parties prenantes, employés, fournisseurs, clients. Enfin le critère gouvernance s’intéresse à la manière dont est dirigé l’entreprise, la primes d’intéressement, les contrôles internes ou encore les droits des actionnaires. Ces critères ont été développé par les fonds de commun de placement, cherchant à s’aligner avec les valeurs des jeunes investisseurs décidant de soutenir uniquement les entreprises qui ont des pratiques durables. Selon l’US SIF Foundation, 17.1 mille milliards de dollars d’actifs ont été choisis selon des critères ESG depuis 2020, soit une augmentation de 43% sur deux ans.


Le marché du carbone


Le marché carbone est un système de quotas permettant visant à permettre à terme une réduction progressive de émissions de gaz à effet de serre dont les objectifs sont désormais fixés par la COP 26. En résumé, les autorités publiques déterminent une quantité de quotas d’émissions puis les distribuent aux entreprises. Si les activités d’une entreprise produisent plus de gaz à effet de serre que son quota d’émission, elle doit alors combler l’écart en achetant des quotas d’émission à d’autres entreprises. Cela permet aux entreprises vertueuses au sens écologique d’avoir une source additionnelle de revenus et incite les entreprises les plus polluantes à réduire leurs émissions. Théoriquement, le système est efficace, en pratique, c’est plus complexe. Effectivement, le prix de la tonne de carbone joue un rôle central dans l’intérêt de ce marché. Par exemple, lors de la crise des subprimes en 2008, son prix s’est effondré avec la chute de l’activité économique, ce qui permet aux entreprises de polluer sans surcoût important. Toutefois, le prix de la tonne de carbone est remonté pour atteindre 65 euros en septembre dû à la hausse du prix du gaz, ce qui pousse les producteurs d’électricité à se rabattre sur le charbon. Alors que l’Union Européenne souhaite renforcer l’attractivité de son marché carbone, les récents évènements rendent l’avenir du marché très incertain.



-------English version---------


Green finance, what is it really worth?

Whether you are a financier or not, if you have recently gone to a bank to invest your savings, you may have heard about green investments or green finance. In this article, we will try to discuss some of the instruments that make up green finance.


What is green finance ?


Green finance includes all financial instruments that allow the financing of activities with an explicit objective of environmental preservation. These activities are often linked to the fight against global warming or the ecological transition. Thus, green finance aims to encourage companies to integrate environmental issues into their various projects in order to benefit from preferential rates and other advantages. Among the instruments of green finance, we find green bonds, green funds, ESG criteria, the carbon market...


Green bonds


A green bond is a debt security, often issued by a company or a public entity on the market to allow it to finance projects related to the ecological transition. In principle, they are very similar to conventional bonds, the only difference being that the projects financed by this type of bond must be firmly oriented towards the preservation of the environment. In September 2021, green bonds represent more than 424 billion dollars, an increase of more than 100% compared to 2019. Despite this explosion of green bonds, the craze for this type of bond is nuanced because they remain very marginal compared to conventional bonds. In Europe, France is the main issuer of green bonds with more than 35 billion euros followed by Germany with 17.5 billion euros. However, it should be noted that green bonds have their limits. Indeed, some projects financed by green bonds do not comply with international standards and show the difficulty of controlling abuses. For example, according to the Climate Bonds Initiative, only half of Chinese green bonds comply with international standards.

ESG criteria


ESG (Environmental, Social and Governance) criteria are a set of standards that a company's activities must meet in order for socially responsible investors to differentiate potential investments. The environmental criterion considers the impact of the company on nature. The social criterion examines how the company manages its relations with its stakeholders, employees, suppliers and customers. Finally, the governance criterion looks at the way the company is managed, the incentives, the internal controls and the shareholders' rights. These criteria have been developed by mutual funds, seeking to align with the values of young investors deciding to support only companies that have sustainable practices. According to the US SIF Foundation, $17.1 trillion in assets have been selected based on ESG criteria since 2020, an increase of 43% over two years.


The carbon market


The carbon market is a system of allowances designed to allow for a progressive reduction in greenhouse gas emissions, the objectives of which are now set by the COP 26. In short, the public authorities determine a quantity of emission quotas and then distribute them to companies. If a company's activities produce more greenhouse gases than its emission allowance, it must then make up the difference by buying emission allowances from other companies. This provides an additional source of revenue for environmentally friendly companies and an incentive for the most polluting companies to reduce their emissions. Theoretically, the system is efficient, in practice it is more complex. Indeed, the price per ton of carbon plays a central role in the interest of this market. For example, during the subprime crisis in 2008, its price collapsed with the drop in economic activity, allowing companies to pollute without significant additional cost. However, the price of a ton of carbon has risen to 65 euros in September due to the increase in the price of gas, which pushes power producers to fall back on coal. While the European Union wants to strengthen the attractiveness of its carbon market, recent events make the future of the market very uncertain.

75 vues