Recent posts:

Interview de Matthias Baccino, Directeur Général France de Trade Republic…(EN/FR)

-----------------------(English version below)----------------------


Pourrais-tu nous rappeler ton parcours et les rencontres qui t’ont aidé à t’orienter ?


Au début, je souhaitais être diplomate j'ai d'ailleurs passé une année au Kirghizstan dans une entité diplomatique à cet effet. Je me suis ensuite rapidement rendu compte que la fonction publique n'était pas faite pour moi. C'est en rencontrant un trader à Hong Kong que m'est venu mon attrait pour la finance et c'est pourquoi j'ai intégré l’ESSEC.

Je souhaitais travailler en salle des marchés, d’où mon passage à la BNP Paribas puis ai passé 1 an chez PwC en Financial Services dans le cadre d’un Graduate Program et suis reparti à la BNP où je suis resté 5 ans. J’ai ensuite rejoint l’entreprise de courtage en bourse Binck en prenant le poste de Directeur Général France. C’est récemment, il y a un peu moins d’1 an que j’ai rejoint les équipes de Trade Republic en assurant le poste de Directeur Général France.


Comment es-tu devenu Directeur Général France de Trade Republic ?


C’est un ancien concurrent à qui j’avais pris un certain nombre de parts de marché qui m’a recommandé auprès de la Direction Générale Monde de Trade Republic pour prendre la tête de l’antenne française de l’entreprise. J’ai d’abord refusé le poste ! J’ai pris le temps de bien évaluer le business model de l’entreprise, sa raison d’être pour m’assurer de rejoindre une entreprise ayant un but positif pour la société. J’ai ensuite accepté de commencer en tant que Consultant afin de découvrir les équipes de Direction ainsi que l’entreprise de l’intérieur. C’est ensuite que j’ai été officiellement désigné Directeur France de Trade Republic.


Pourrais-tu nous présenter succinctement Trade Republic ?


Trade Republic est une licorne allemande créée afin de lutter contre la baisse de l’épargne retraite en Europe. Cette fintech allemande cherche à démocratiser l’investissement à long terme en bourse et à faire bénéficier à tous et à toutes de la croissance là. Créée en 2016 et lancée véritablement en 2019, ses créateurs ont cherché à répondre à un besoin auquel ils ne trouvaient pas de solution.


Peux-tu nous parler de Trade Republic, de son positionnement concurrentiel et de son fonctionnement ?


Trade Republic c'est aujourd'hui des équipes dans toute l'Europe, une dizaine de personnes à Paris qui s'occupent de la communication du marketing, à Berlin également où se trouve le service client. En ce qui concerne notre positionnement stratégique, nous sommes les seuls à ne pas essayer de faire faire du trading aux utilisateurs. Contrairement aux idées reçues, le trading n'est pas chose aisée et cela demande des connaissances poussées en termes de modélisation mathématique notamment. Notre objectif a donc été de proposer une interface d’investissement totalement compréhensible pour les clients, en prenant une commission d'1€ par ordre de bourse peu importe son montant (contrairement à nos concurrents qui prélèvent une commission proportionnelle à l'investissement). Nous proposons un catalogue de 9 000 actions dans le monde, disponibles sur notre application ainsi que sur notre site.


Ton regard sur l’actualité financière ? Le CAC 40 qui dépasse les 7 000 points pour la première fois, est-ce inquiétant ? Que penses-tu de l’essor des crypto-monnaies ?


Le CAC 40 a bien dépassé les 7 000 points mais la méthode de calcul excluait les dividendes, donc l’indice boursier français est en réalité bien plus performant.

Pour ce qui est de l’essor des crypto-monnaies, il s’agit là d’un bon outil de diversification des portefeuilles, nous proposons d’ailleurs 4 crypto-monnaies chez Trade Republic. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est la blockchain qui a un vrai potentiel.


Des conseils pour les étudiants qui souhaitent se lancer dans le secteur de la finance de marché ou qui souhaitent devenir investisseurs ?


Il y a 3 règles pour devenir investisseur,

1) Il faut investir l’argent dont on n’a pas besoin pour vivre et au minimum 5% de ses revenus.

2) Diversifier entre 10 actifs financiers minimum, les ETS sont d’ailleurs un bon moyen de ce faire.

3) Investir une petite somme tous les mois divise par 3 le risque du portefeuille et multiplie par 2 la probabilité de gain à 20 ans, la méthode DCA peut d’ailleurs être intéressante à cet effet.


Quant à la volonté de devenir trader, je pense que l’on peut devenir trader après avoir été investisseur.



-----------------------English version-----------------------


Interview with Matthias Baccino, Country Manager France of Trade Republic...(EN/FR)


Could you remind us of your career path and the encounters that helped you find your way ?


At the beginning, I wanted to be a diplomat and I spent a year in Kyrgyzstan in a diplomatic entity for this purpose. I quickly realised that the public service was not for me. It was when I met a trader in Hong Kong that I became attracted to finance and that is why I entered ESSEC.

I wanted to work in the trading room, hence my move to BNP Paribas, then I spent a year at PwC in Financial Services as part of a Graduate Program and returned to BNP where I stayed for 5 years. I then joined the stock brokerage firm Binck as Country Manager France. It was only recently, just under a year ago, that I joined the Trade Republic team as Country Manager France.


How did you become Trade Republic's Country Manager for France ?


It was a former competitor from whom I had taken a certain amount of market share who recommended me to the Global Management of Trade Republic to take over the French branch of the company. At first, I refused the job ! I took the time to assess the company's business model and its leitmotiv to ensure that I was joining a company with a positive purpose for society. I then agreed to start as a Consultant to get to know the management team and the company from the inside. It was after that I was appointed Country Manager.


Could you briefly introduce Trade Republic ?


Trade Republic is a German unicorn created to fight against the decline of retirement savings in Europe. This German fintech seeks to democratise long-term investment in the stock market and to allow everyone to benefit from the growth there. Founded in 2016 and launching in 2019, its creators sought to meet a need for which they could not find a solution.


Can you tell us about Trade Republic, its competitive positioning and how it works ?


Trade Republic is today a team of people all over Europe, a dozen people in Paris who take care of the marketing communication, and also in Berlin where the customer service is located. As far as our strategic positioning is concerned, we are the only ones not trying to get users to trade. Contrary to popular belief, trading is not easy and requires a great deal of knowledge in terms of mathematical modelling. Our aim has therefore been to offer an investment interface that is totally comprehensible to customers, taking a commission of €1 per order regardless of the amount (unlike our competitors who charge a commission proportional to the investment). We offer a catalogue of 9,000 stocks worldwide, available on our app as well as on our website.


What is your view on the financial news ? Is the CAC 40 exceeding 7,000 points for the first time worrying ? What do you think about the rise of crypto-currencies ?


The CAC 40 did exceed 7,000 points but the calculation method excluded dividends, so the French stock market index is actually performing much better. As for the rise of crypto-currencies, this is a good tool for portfolio diversification and we offer 4 crypto-currencies at Trade Republic. What is particularly noteworthy is blockchain which has real potential.


Any advice for students who want to get into the market finance sector or become investors ?


There are 3 rules to becoming an investor,

1) You have to invest the money you don't need to live and at least 5% of your income.

2) Diversify between at least 10 financial assets, ETS are a good way to do this.

3) Investing a small amount every month divides the risk of the portfolio by 3 and multiplies by 2 the probability of gain at 20 years, the DCA method can be interesting for this purpose.


As for the desire to become a trader, I think that one can become a trader after having been an investor.



168 vues