Recent posts:

France in last position in the tax competitiveness rankings 2022 (EN/FR)

--------French Version Below--------


1. INTRODUCTION


"If we continue with tax competition, in ten or twenty years there will be no corporate income tax." These words of economist Thomas Picketty perfectly reflect the issues at stake in the Tax Foundation's ranking on tax attractiveness. Indeed, there is a tax competition between countries that favors a "race to the bottom" phenomenon that tends to reduce corporate tax rates worldwide. However, tax competition is not limited to the simple reduction of tax rates because there are other ways for countries to compete. The stakes of a country's tax attractiveness are twofold. An attractive tax framework attracts foreign investment and provides a competitive advantage for domestic companies.


In the European Union, tax competition is limited by the broad economic freedoms of the single market. Thus, a European Union state that proposes a measure that is too favorable to certain taxpayers, whether national or not, could be sanctioned based on state aid to avoid distortion of the European Union market.


It is with these issues in mind that we should study the Tax Foundation's tax attractiveness ranking. The Tax Foundation is a think tank founded in 1937 with the aim of "monitoring the tax and spending policies of governments". Thus, this organization aims to guide governments and taxpayers in assessing the attractiveness and efficiency of their tax and budgetary systems.


For this study, the Tax Foundation publishes each year a comparative ranking of the taxation of the 38 member countries of the OECD based on an International Tax Competitiveness Index (ITCI), which takes into account some 40 criteria.



Source : Tax Foundation - INTERNATIONAL TAX COMPETITIVENESS INDEX 2022


2. THE LOW TAX ATTRACTIVENESS OF FRANCE


Source: Tax Foundation - INTERNATIONAL TAX COMPETITIVENESS INDEX 2022


For the second year in a row, France is ranked last in the global tax competitiveness index. Despite this poor result, France is considered by the Tax Foundation as attractive for (i) the decrease of its corporate tax rate and (ii) the number of international tax treaties concluded which amount to 122. These international tax treaties allow states to share taxing rights and thus avoid or reduce certain double taxation.


On the contrary, France has been singled out for its heavy taxation of real estate assets for both individuals and French companies. Finally, the Tax Foundation denounces the maximum marginal income tax bracket which exceeds 45%. According to the foundation, this is one of the highest percentages in the OECD.


In comparison, Estonia, first in the ranking, is rewarded for its attractive tax framework for companies. For example, corporate tax applies only to income distributed by companies, the value-added tax regime is simple and taxes on real estate assets apply only to the value of the land.



3. A QUESTIONABLE RANKING CONSTRUCTION METHOD


It is worth looking at the construction of the ranking by the Tax Foundation.


The ITCI index aims to provide an overview of the comparison of tax legislation in developed countries that are members of the OECD. It only takes into account the construction of tax models without any consideration of their budgetary impact in the countries concerned. The ITCI index considers:

- corporate income tax ;

- personal income tax

- value-added tax;

- property taxes; and

- treatment of foreign profits.


Source: Tax Foundation - INTERNATIONAL TAX COMPETITIVENESS INDEX 2022


The construction of the ranking is not only based on the level of tax rates, but also on the structure of taxes.

However, there are several elements that qualify the findings of this ranking.


First, it is complicated to study the tax competitiveness of a country without considering the social contributions that are added to taxes, especially the budgetary effects on the public finances of the States. In the same vein, social benefits and the level of government spending on the development of public goods should have a place in this ranking. Indeed, good budgetary management requires resources to finance the actions of the state.


Secondly, one wonders why the ranking is limited to OECD countries only, when taxation should be considered in an international framework, as shown by the evaluation in the ITCI of the network of international tax treaties of countries.


Finally, it is surprising to note the weighting that the ITCI gives to the tax rate, without considering the base used by each country to tax income. For example, the attractiveness of corporate taxation cannot be measured by a simple tax rate, and must take into account the amount of income subject to tax.



4. THE FUTURE OF THE RACE FOR TAX ATTRACTIVENESS


Although France is not in the spotlight in the Tax Foundation's 2022 ranking, the French tax framework does not fall short of the mark and contains some attractive tax measures. For example, in the field of private equity, there is a favorable tax regime for carried interest shares held by individuals who are employees of the management company.


Similarly, France is also known for its research tax credit (CIR) which allows companies, under certain conditions, to deduct part of their research and development expenses from their corporate income tax.


In conclusion, it will be important to observe the future of the “race to the bottom” in corporate tax rates. Indeed, in 2021, the OECD reached an agreement in principle between 137 countries for a global minimum tax of 15% by 2023.



--------Version Française--------



La France dernière du classement de l'attractivité fiscale 2022



1. INTRODUCTION


“Si on continue avec la concurrence fiscale, dans dix ou vingt ans, il n’y aura plus d’impôt sur les sociétés.” Ce mot d’esprit de l’économiste Thomas Picketty reflète parfaitement les enjeux du classement de la Tax foundation sur l’attractivité fiscale. En effet, il existe une concurrence fiscale entre les Etats qui favorise un phénomène de “race to the bottom” qui tend à la réduction des taux d’impositions sur les sociétés dans le monde. Toutefois, la concurrence fiscale ne se limite pas à la simple réduction des taux d'imposition car il existe d'autres moyens pour les Etats de se faire concurrence. Les enjeux de l’attractivité fiscale d’un pays sont doubles. Un cadre fiscal attractif permet d’une part d’attirer les investissements étrangers et d’autre part d’offrir un avantage concurrentiel aux entreprises nationales.


Dans l'Union européenne, la concurrence fiscale est limitée par les grandes libertés économiques du marché unique. Ainsi, un État de l’Union Européenne qui proposerait une mesure qui serait trop favorable à certains contribuables, nationaux ou non, pourrait se faire sanctionner sur le fondement des aides d'État pour éviter toute distorsion du marché de l'Union Européenne.


C’est en gardant en tête ces enjeux qu’il convient d’étudier le classement d’attractivité fiscale édité par la Tax foundation. Il s’agit d’un institut de réflexion (think tank) fondé en 1937 dont le but est de “contrôler les politiques fiscales et de dépenses des gouvernements.” Ainsi, cet organisme se donne pour objectif de guider les gouvernements et les contribuables dans l’appréciation de l’attractivité et l’efficacité de leurs systèmes fiscaux et budgétaires.


Pour cette étude, la Tax foundation publie chaque année un classement comparatif de la fiscalité des 38 pays membres de l’OCDE basé sur l’indice International Tax Competitiveness Index (ITCI), qui prend en compte une quarantaine de critères.

Source : Tax Foundation - INTERNATIONAL TAX COMPETITIVENESS INDEX 2022



2. LA FAIBLE ATTRACTIVITE FISCALE DE LA FRANCE


Source : Tax Foundation - INTERNATIONAL TAX COMPETITIVENESS INDEX 2022


Pour la deuxième année consécutive, la France est dernière au classement global de la compétitivité fiscale des Etats. Malgré ce mauvais résultat, la France est considérée comme attractive pour (i) la diminution de son taux d’impôt sur les sociétés et pour (ii) les conventions fiscales internationales conclues qui s’élèvent au nombre de 122. Ces conventions fiscales internationales permettent aux Etats de se répartir les droits d'imposition et ainsi d’éviter ou de réduire certaines doubles impositions (pour des sociétés multinationales en particulier).


La France est en revanche pointée du doigt pour sa lourde fiscalité sur les actifs immobiliers, tant pour les personnes physiques que pour les entreprises françaises. Enfin, la Tax foundation dénonce la tranche marginale maximale de l’impôt sur le revenu qui dépasse les 45 %. Selon elle, il s’agit d’un des pourcentages les plus élevés au sein de l’OCDE.


En comparaison, l’Estonie, première du classement, est récompensée pour son cadre fiscal attractif pour les entreprises. En particulier, l’impôt sur les sociétés ne s'applique qu’aux seuls revenus distribués par les entreprises, le régime de taxe sur la valeur ajoutée est simple et les taxes sur les actifs immobiliers s’appliquent seulement sur la valeur du terrain.



3. UNE METHODE DE CONSTRUCTION DU CLASSEMENT CONTESTABLE


Il convient désormais de s’intéresser à la construction du classement par la Tax foundation.


L'indice ITCI a pour objectif de donner une vue d'ensemble de la comparaison des législations fiscales des pays développés membres de l’OCDE. Il ne prend en considération que la construction des modèles fiscaux sans aucune considération de leur impact budgétaire dans les pays concernés. L'indice ITCI prend en compte :

- l'impôt sur les sociétés ;

- l'impôt sur le revenu des personnes physiques ;

- la taxe sur la valeur ajoutée ;

- les impôts fonciers ; et

- le traitement des bénéfices réalisés à l'étranger.




Source : Tax Foundation - INTERNATIONAL TAX COMPETITIVENESS INDEX 2022


La construction du classement ne se fonde pas uniquement sur le niveau des taux d'imposition, mais aussi sur la structuration des impôts.

Toutefois, plusieurs éléments permettent de nuancer les constats de ce classement.


En premier lieu, il est compliqué d’étudier la compétitivité fiscale d’un pays sans tenir compte des cotisations sociales prévues qui s’ajoutent aux impôts, mais surtout des effets budgétaires sur les finances publiques des Etats. Dans la continuité, les prestations sociales et le niveau de dépense des États pour le développement de biens publics devraient avoir une place dans ce classement. En effet, une bonne gestion budgétaire nécessite des ressources pour financer les actions de l’Etat.


En second lieu, on peut se demander pourquoi le classement se limite aux seuls pays de l’OCDE alors que la fiscalité doit se penser dans un cadre international comme le démontre l’évaluation dans l’indice ITCI du réseau de conventions fiscales internationales des pays.


Enfin, il est étonnant de constater la pondération que l’indice ITCI accorde au taux d’imposition, sans prendre en compte l’assiette retenue par chaque Etat pour imposer les revenus. Par exemple, l’attractivité de l’impôt sur les sociétés ne peut pas se mesurer à l’aide d’un simple taux d’imposition, mais doit impérativement tenir compte de la quantité de revenus soumis à l’impôt.



4. L’AVENIR DE LA COURSE À L'ATTRACTIVITÉ FISCALE


Bien que la France ne soit pas à l’honneur dans le classement 2022 édité par la Tax foundation, le cadre fiscal français ne démérite pas et contient des dispositifs attractifs pour les contribuables. Par exemple, dans le domaine du private equity, il est prévu un régime fiscal favorable pour les parts de carried interest détenues par les personnes physiques salariés de la société de gestion.


De même, la France est aussi reconnue pour son crédit impôt recherche (CIR) qui permet aux entreprises, sous certaines conditions, de déduire une partie de leurs dépenses de recherche et développement de leur impôt sur les sociétés.


Pour conclure, il conviendra d’observer l'avenir de la course à l’attractivité fiscale mondiale, de la ”race to the bottom” des taux d’imposition sur les sociétés. En effet, en 2021 un accord de principe a été trouvé entre 137 États dans le cadre de l’OCDE pour un impôt mondial minimum de 15 % à échéance 2023.

78 vues