Recent posts:

Evergrande, the Chinese real estate giant that shakes the international financial markets...(EN/FR)

-------Version française plus bas ---------


For several weeks now, the financial world has been shaking at the name of Evergrande, China's second largest property developer. Its level of debt is reaching unprecedented highs and threatens the entire macroeconomic balance in a world still suffering from the consequences of the pandemic.


Could Evergrande be the source of a new speculative bubble like the 2008 one ? ...


The Evergrande Group...


Founded in 1996 in Guangzhou, Evergrande was listed on the Hong Kong stock exchange in 2009. This Chinese property developer has been particularly ambitious and has taken advantage of the intensity of Chinese urbanization to establish itself.


However, Evergrande is not just a property developer, this behemoth owns 46 million square meters of construction land and is present in 280 Chinese cities. Evergrande also owns China's largest football club, Guangzhou Football Club, has businesses in water supply, healthcare, insurance, digital, shopping malls and car manufacturing.


So Evergrande is not just a construction company but a colossal conglomerate with diverse activities.


What threat does Evergrande pose to the global economic and financial system ?


Since its creation, Evergrande has borrowed billions of dollars from international banks and investors to carry out its highly ambitious projects in more than 200 Chinese cities. But from mid-2020, the group is lowering the prices of its flats in order to generate profits despite the health situation that is hitting the real estate sector with particular intensity.


Despite its efforts, Evergrande's profits in the first quarter of 2021 fell by 30% and its share price has dropped by 90% since the beginning of the year.


On 13 September 2021, the real estate giant was facing a debt of $300 billion (€260 billion) and management announced that it was facing "unprecedented difficulties". The cause was the pandemic that led to the closure of its shopping malls and the stoppage of its 800 construction sites, which represent more than 1 million homes already paid for by the Chinese middle class...


At the same time, Beijing decided to fight against real estate speculation thanks to measures prohibiting Evergrande from taking on more debt, which until then had allowed it to artificially perpetuate its activity.


According to the Wall Street Journal, it is one of the "most indebted companies in the world". The management has had to reinforce its security in front of its offices because of the demonstrations by suppliers, customers, and subcontractors to whom the Group has multiple obligations.


Is a response from Beijing to be expected ?


In a country where 30% of the economic activity is based on real estate, a bankruptcy of this behemoth, whose debt represents 2% of the GDP, could have serious consequences.


However, Beijing's reluctance to come to Evergrande's aid in a clear manner is of great concern to international financial markets: by letting Evergrande collapse, China would be proving its determination to reduce debt. Indeed, despite all Evergrande's difficulties, the Chinese authorities are reluctant to undermine the policy against speculation in the real estate sector that was put in place mid 2020.


Although rich enough to repay the group's debt, the case has taken on a political dimension that could lead to sanctions against the group's managers.


However, Beijing cannot take the risk of a generalized crisis either and has therefore set up a system of state aid. State-owned companies have been asked to take over the assets of the Chinese real estate giant and the Chinese Central Bank has injected liquidity to unblock the situation. The Central Bank also instructed financial institutions not to use real estate as a short-term economic stimulus and thus to stabilise land and housing prices.


A Chinese property bubble on the model of the subprime bubble ?


Beyond the group, it is the good health of the entire Chinese real estate market that seems worrying. For nearly 20 years, the authorities have maintained a system aiming at increasing prices, which allowed them to finance themselves through the sale of construction land. This inflation of real estate prices, which is real, has caused a decorrelation between supply and demand, a typical mechanism of speculative crisis.


As Alicia Garcia Herrero, chief economist for Asia-Pacific at Natixis, explains: "Even though debt is rising, Chinese households still have more savings than debt. As there are few investment opportunities, most savings go into real estate”. For decades, Chinese demand has outstripped supply, but recently the trend has reversed. The Chinese authorities regularly intervene to keep prices high, which explains the absence of a bursting speculative bubble accompanied by a fall in prices.


However, since 2015, in China's largest cities, it takes more than twenty-five years of the average salary to buy a flat and thirteen years, on average, throughout the country, according to 2019 figures.


Finally, the group's difficulties highlight concerns about the ability of other property companies such as R&F Properties and Fantasia Holdings to take on such levels of debt. That is reminiscent of the contagion that Lehman Brothers caused when it went bankrupt.



-------Version française ---------


Retour sur les difficultés d’Evergrande, le géant de l’immobilier chinois qui fait trembler les marchés financiers internationaux…


Depuis quelques semaines, la sphère financière tremble devant le nom d’Evergrande, le deuxième promoteur immobilier chinois. Son endettement atteint des sommets jusque-là inégalés et menace tout l’équilibre macroéconomique dans un monde encore lésé par les conséquences de la pandémie.


Evergrande pourrait-il être à l’origine d’une nouvelle bulle spéculative telle que celle de 2008 ? …


Le Groupe Evergrande…


Fondé en 1996 à Canton, Evergrande s’introduit à la bourse de Honk-Kong en 2009. Ce promoteur immobilier chinois s’est montré tout particulièrement ambitieux et a profité de l’intensité de l’urbanisation chinoise pour s’imposer.


Cependant, Evergrande n’est pas qu’un simple promoteur immobilier, ce mastodonte détient 46 millions de mètres carrés de terrains de construction et est présent dans 280 villes chinoises. Evergrande possède également le plus grand club de football chinois, le Guangzhou Football Club, a des activités dans l’approvisionnement d’eau, la santé, les assurances, le numérique, les centres commerciaux et la construction automobile. Evergrande n’est donc pas qu’une simple entreprise de BTP mais un conglomérat colossal aux activités diverses.


Quelle menace Evergrande représente-t-il pour le système économico-financier mondial ?


Depuis sa création, Evergrande a emprunté des milliards de dollars auprès de banques et d’investisseurs internationaux afin de mener à bien ses projets très ambitieux dans plus de 200 métropoles chinoises. Mais à partir de mi-2020, le groupe abaisse les prix de ses appartements afin de générer des profits malgré la situation sanitaire qui frappe le secteur immobilier avec une intensité toute particulière.


Malgré ses efforts, les bénéfices d’Evergrande au premier trimestre 2021 chutent de 30% et le cours de son action a chuté de 90% depuis le début de l’année.


Le 13 septembre 2021, le géant de l’immobilier faisait face à une dette de 300 milliards de dollars, soit 260 milliards d’euros et la direction annonçait faire face à « des difficultés sans précédent ». En cause, une pandémie qui a conduit à la fermeture de ses centres commerciaux et à l’arrêt de ses 800 chantiers qui représentent plus d’1 million de logements déjà payés par la classe moyenne chinoise… En parallèle de cela, Pékin a décidé de lutter contre la spéculation immobilière grâce à des mesures interdisant à Evergrande de s’endetter davantage ce qui lui permettait jusqu’alors de pérenniser artificiellement son activité.


Selon le Wall Street Journal, il s’agit d’une des entreprises “les plus endettées du monde”. La direction a d’ailleurs dû renforcer son dispositif de sécurité devant ses bureaux en raison des manifestations de fournisseurs, clients et sous-traitants envers qui le Groupe a de multiples obligations.


Une réponse de Pékin est-elle attendue ?


Dans un pays où 30% de l’activité économique repose sur l’immobilier, une faillite de ce mastodonte dont la dette représente 2% du PIB pourrait être lourde de conséquences.


Toutefois, la réticence de Pékin à venir en aide de manière claire à Evergrande inquiète grandement les marchés financiers internationaux : en laissant Evergrande s'effondrer, la Chine prouverait sa détermination à réduire la dette. En effet, malgré toutes les difficultés d’Evergrande, les autorités chinoises hésitent à revenir sur la politique de lutte contre la spéculation dans le secteur immobilier mise en place courant 2020. Bien que suffisamment riche pour rembourser la dette du groupe, l'affaire a pris une dimension politique qui pourrait d'ailleurs valoir des sanctions aux dirigeants du groupe.


Cependant, Pékin ne peut pas non plus prendre le risque d'une crise généralisée et a donc mis en place un système d'aide étatique. Les entreprises publiques ont été invitées à reprendre les actifs du géant de l'immobilier chinois et la Banque centrale chinoise a injecté des liquidités afin de débloquer la situation. La Banque centrale a également enjoint les institutions financières à ne pas utiliser l’immobilier comme stimulus économique de court terme et donc à stabiliser les prix des terrains et des logements.


Une bulle spéculative de l’immobilier chinois sur le modèle de celle des subprimes ?


Au-delà du groupe, c'est la bonne santé de tout le marché immobilier chinois qui semble préoccupante. Depuis près de 20 ans, les autorités ont entretenu un système visant à l'augmentation des prix, ce qui leur permettait de se financer sur la vente des terrains de construction. Cette inflation des prix de l'immobilier ; bien réelle ; a été à l'origine d'une décorrélation entre l'offre et de la demande, mécanisme typique des crises spéculatives.


Comme l’explique Alicia Garcia Herrero, économiste en chef pour l’Asie-Pacifique de Natixis : « Même si l’endettement augmente, les foyers chinois ont encore plus d’épargne que de dettes. Comme il y a peu d’occasions d’investissements, l’essentiel de l’épargne va dans l’immobilier ». Pendant des décennies, la demande chinoise était au-dessus de l’offre mais depuis peu, la tendance s’est inversée. Les autorités chinoise interviennent régulièrement pour entretenir des prix élevés ce qui explique l'absence d'explosion de la bulle spéculative accompagnée d'une chute des prix.


Cependant, depuis 2015, dans les plus grandes métropoles chinoises, il faut plus de vingt-cinq ans du salaire moyen pour acheter un appartement et treize ans, en moyenne, dans tout le pays, d’après des chiffres de 2019.


Enfin, les difficultés rencontrées par le groupe mettent en lumière des inquiétudes quant à la capacité d'autres entreprises de l'immobilier comme R&F Properties et Fantasia Holdings à assumer de tels niveaux d’endettement, ce qui n’est pas sans rappeler la contagion dont Lehman Brothers avait été à l’origine.

209 vues